Strict contrôle des services d’imprimerie et de photocopie à Lhassa

lundi 24 mai 2010 par Monique Dorizon

Les autorités de Lhassa ont annoncé de nouvelles lois strictes concernant l’utilisation des services de reproduction de document imprimé ou manuscrit afin d’éviter ce qu’elles appellent des "activités illégales" mais aucune indication n’a été donnée sur la nature exacte de celles-ci.
Selon le journal officiel "China Daily" du 19 mai 2010, citant le "Lhasa Evening News", la loi a été annoncée le 10 mai, lors d’une réunion de la Direction du secteur de la reprographie de la ville.
Selon ces réglementations, les exploitants d’entreprises de photocopie et d’imprimerie de Lhassa doivent être autorisés par la police et les autorités appropriées, et les demandeurs individuels doivent être résidents permanents dans la ville ou bien faire partie de ceux qui ont obtenu l’autorisation d’y séjourner temporairement.
Les fournisseurs de services de copie doivent adopter un système d’enregistrement de nom réel et ceux qui utilisent des services permettant de reproduire des documents imprimés ou manuscrits devront montrer leurs cartes d’identité et leurs noms, adresses et numéros de carte d’identité seront enregistrés. Le nombre de copies réalisé sera relevé. La police devra examiner strictement les agréments des entreprises et des individus pour effectuer des services de reprographie et la police locale vérifiera régulièrement l’efficacité des nouvelles mesures mises en œuvre.
Ceux qui se trouveront impliqués dans des activités illégales devront fermer leur affaire et seront tenus responsables devant la loi.
Selon le rapport, reprenant les paroles de Xin Yuanming, chef de la police adjoint au Commissariat de police de Lhassa lors d’une conférence de presse ayant suivi les mouvements du 14 mars 2008 à Lhassa, quelques séparatistes tendent constamment des banderoles ou distribuent des prospectus au contenu illégal sur le Tibet.

En octobre 2008, 6 mois après les événements importants dans la capitale tibétaine, les autorités ont arrêté pour la 4e fois de sa carrière, Paljor Norbu [1], imprimeur traditionnel âgé alors de 81 ans, pour avoir imprimé des "documents interdits" y compris le drapeau national tibétain. Il a été condamné à 7 ans de prison. Les détails de son accusation et le verdict n’ont toujours pas été rendus publics.

Sources : Phayul, 19 mai 2010, Tibetan Review, 21 mai 2010 et China Daily, 19 mai 2010

[1] Voir le cas Tibet Lib sur Paljor Norbu ou l’article "Intervention pour Paljor Norbu"


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques
visites : 285741

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Informations   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.13 + AHUNTSIC