Tibet infoCliquez-iciMaison du Tibet  
Informations-Témoignages-Documents-Actions-Histoire-Géo-Adresses-Glossaire-Livres-Tourisme-Liens

Tibet-info > actions

actions


Campagne contre les Jeux Olympiques 2008 à Pékin

1. Au nom des droits de l'homme, NON à la candidature de Pékin aux J.O. en 2008
2. La campagne
3. Dossier : Mise à jour du 13 juin
4. Dossier complet argumenté, envoyé à chaque membre du CIO
5. Signez la pétition !
6. Campagne JO 2008 : non à Pékin (suite)
(Source : Reporters Sans Frontières, Solidarité Chine et C.S.P.T.)

Autres informations déjà publiées sur Tibet Info :
- J.O. : appel au C.I.O. (11/05)
- Cartes postales 'Non aux J.O. à Pékin en 2008' (30/04)
- J.O. 2008 - Dalaï Lama : rectificatif (02/06)

Non aux J.O. à Pékin en  2008 !

Toute l'information régulièrement mise à jour également sur le site de
Reporters Sans Frontières.
Dossier : NON à la candidature de Pékin aux J.O. en 2008

Ajouté le vendredi, 6 juillet 2001 par Tibet info.

Haut de la page


JO 2008 : non à Pékin (suite)

Poursuivant la campagne menée en commun par Reporters sans Frontières, Solidarité Chine et le Comité de Soutien au Peuple Tibétain, 200 affiches grand format reprenant le slogan "Non aux J.O. 2008 à Pékin" et le logo de la campagne (six anneaux olympiques en forme de menottes) ont fait leur apparition sur les murs de la capitale ainsi que dans les couloirs du métro.
De nombreux média, y compris les grands quotidiens nationaux ont ou vont reproduire cette affiche d'ici au 13 juillet, se faisant ainsi l'écho de la campagne.
Par ailleurs le quotidien Libération du 5 Juillet a publié un plaidoyer fort et émouvant contre l'attribution des Jeux à Pékin, signé d'un rescapé des camps de concentration nazis, Gerhard Lowenthal, du dissident Vladimir Boukovsky, qui a passé neuf ans au Goulag et du démocrate chinois Cai Chongguo.

Ajouté le vendredi, 6 juillet 2001 par Tibet info.

Haut de la page


Au nom des droits de l'homme, NON à la candidature de Pékin aux J.O. en 2008

Au nom des droits de l'homme, NON à la candidature de Pékin aux J.O. en 2008

Non aux J.O. à Pékin en  2008 !
Le 12 juin, à Genève, RSF, Solidarité Chine et le Comité de soutien au peuple tibétain lancent un appel aux membres du CIO et une campagne internationale pour dire NON à Pékin en 2008

A un mois de la désignation, par le Comité international olympique, de la ville qui accueillera les Jeux olympiques d'été de 2008, les trois associations de défense des droits de l'homme lancent un appel aux membres du Comité et une campagne internationale pour s'opposer à la candidature de Pékin.

Le 13 juillet prochain, à Moscou, le Comité International Olympique (CIO) désignera la ville qui accueillera les Jeux olympiques en 2008. Istanbul, Osaka, Paris, Pékin et Toronto sont candidates.

Reporters sans frontières, Solidarité Chine et le Comité de soutien au peuple tibétain lancent un appel aux membres du CIO et une campagne internationale pour dire Non à Pékin 2008.

Dans un rapport adressé aux 123 membres du CIO, les trois organisations rappellent " qu'il y a assez de pays démocratiques pour éviter d'accorder à l'une des dernières et des plus violentes dictatures du monde le privilège d'organiser la plus prestigieuse fête du sport ".

À travers ce dossier argumenté, les associations souhaitent attirer l'attention des membres du CIO sur la situation déplorable des droits de l'homme mais également sur le contexte socio-politique de la Chine aujourd'hui.

Reporters sans frontières, Solidarité Chine, et le Comité de soutien au peuple tibétain estiment qu'il est inacceptable, voire dangereux, d'accorder à Pékin l'organisation des Jeux olympiques d'été en 2008.

Même si chaque année la Chine se targue d'éviter une condamnation par la Commission des droits de l'homme des Nations unies, les représentants de cette organisation internationale et notamment Mary Robinson, haut-commissaire aux droits de l'homme, ont mis en cause les autorités chinoises dans la violation systématique et massive des droits de l'homme.

Des chiffres dramatiques illustrent la situation des droits de l'homme en Chine :

- Au moins quatre cent quatre-vingts condamnés à mort ont été exécutés au cours des trois dernières semaines d'avril, d'une balle dans la tête ou par injection létale. La campagne "Frapper fort" 2001, censée lutter contre la criminalité, pourrait coûter la vie à plus de quatre mille personnes, comme cela avait été le cas en 1996.

- Entre janvier 1998 et mai 2000, plus de six cents dissidents démocrates ont été arrêtés par la police, le plus souvent accusés de "subversion". Parmi eux, vingt leaders du Parti démocratique de Chine, non reconnu par les autorités, ont été punis par des peines allant de cinq à huit ans de détention.

- Au Tibet, les soldats détruisent les lieux de culte bouddhistes. Actuellement, au moins cent cinquante moines et nonnes sont emprisonnés et huit cent soixante ont été expulsés de leurs temples en 2000. La répression touche toutes les religions.

- Selon l'aveu même des autorités, deux cent soixante mille personnes sont actuellement détenues dans des camps de rééducation par le travail. 60 % d'entre elles le sont pour avoir "menacé l'ordre public".

- Plus de deux millions de Chinois sont victimes des mesures de rapatriement interne qui concernent les populations les plus vulnérables et notamment les travailleurs migrants. À la veille des Jeux olympiques, on prévoit une campagne de "nettoyage social" de Pékin qui pourrait toucher des dizaines de milliers de personnes.

- Au moins treize journalistes et huit cyberdissidents chinois sont actuellement emprisonnés en Chine. Reporters sans frontières a maintes fois dénoncé le fait que les autorités chinoises privent la population d'une information pluraliste.

Ajouté le mercredi, 13 juin 2001 par Tibet info.

Haut de la page


La campagne

Les trois organisations de défense des droits de l'homme lancent une campagne pour alerter l'opinion publique sur le non-sens que représente la candidature de Pékin au regard de l'esprit olympique.

Par la mise en place d'un dispositif exceptionnel (affichage dynamique, affichage sauvage, bannières Internet, insertions dans la presse), Reporters sans frontières, Solidarité Chine et le Comité de soutien au peuple tibétain veulent mobiliser le public sur son nécessaire engagement dans le débat qui anime actuellement les milieux sportifs.

La campagne, réalisée gracieusement par l'agence Alice, est disponible en Ekta dans 7 langues : anglais, français, espagnol, allemand, italien, russe et chinois. La bannière Internet existe en français, anglais, italien et espagnol.

Ajouté le mercredi, 13 juin 2001 par Tibet info.

Haut de la page


Mise à jour du 13 juin

Le dissident chinois Wei Jingsheng, Reporters sans frontières (RSF) ainsi que deux autres ONG ont demandé mardi aux membres du Comité international olympique (CIO) de ne pas choisir Pékin pour organiser les Jeux de 2008, lors d'une conférence de presse mardi à Genève.

Au club de la presse à Genève, Reporters sans frontières (RSF), Solidarité Chine et le comité de soutien au peuple tibétain ont annoncé le lancement d'une campagne internationale contre les JO à Pékin.

Le CIO désignera, lors de la 112e session de l'institution le 13 juillet à Moscou, la ville organisatrice parmi les cinq suivantes: Pékin, Toronto, Paris, Osaka et Istanbul.

RSF a envoyé il y a quinze jours un dossier aux 123 membres du CIO "Au nom des droits de l'homme, non à la candidature de Pékin 2008", dans lequel on peut lire que le choix de Pékin serait "un pari risqué", parce que la Chine "est un pays à la fois répressif et instable".

Wei Jingsheng et Robert Ménard
Wei Jingsheng, emprisonné de 1979 à 1997, a dénoncé les violations des droits de l'homme en Chine, estimant que la répression s'aggravera à l'occasion des JO si Pékin les obtient.

"Chaque fois que Pékin a organisé un événement important, les autorités ont renforcé les mesures répressives", a affirmé le dissident, qui a souhaité que les membres du CIO n'évitent pas les questions politiques.

"La situation en Chine est de plus en plus instable. Les écarts grandissants dans la distribution de la richesse créent des mouvements de révolte", a ajouté le dissident.

Le secrétaire général de RSF Robert Ménard a rappelé qu'il n'y a aucune liberté d'expression en Chine, rappelant notamment que douze journalistes y sont actuellement emprisonnés.

Pour M. Ménard, organiser les JO à Pékin est "aussi monstrueux" que de les avoir organisés en 1936 dans l'Allemagne nazie.

Selon la présidente de Solidarité Chine, Marie Holzman, un nettoyage social pourrait avoir lieu avant les JO dans la région de Pékin.

Une campagne d'affichage dans sept langues a été lancée, qui dénonce "la Chine, médaille d'or des violations des droits de l'homme" sous cinq menottes remplaçant les cinq anneaux olympiques.

Ajouté le mercredi, 13 juin 2001 par Tibet info.

Haut de la page





Ce que vous pouvez faire pour le Tibet

Souscrivez au
Blue book


Cliquez-ici


Cliquez-ici


Cliquez-ici



 
Sommaire Tibet info~Aide en ligne~Contactez-nous~Abonnez-vous à la Lettre d'information Haut de la page

© Tibet infohttp://www.tibet-info.net