De jeunes moines ne peuvent retourner dans leurs monastères

mardi 10 mars 2015 par Rédaction , Monique Dorizon

Selon une source locale, les autorités chinoises de deux Comtés de la "Préfecture Autonome Mongole et Tibétaine de Tsonub" [1] ont interdit aux jeunes moines rentrés chez eux pour célébrer Losar [2], ayant débuté cette année le 19 février, de revenir dans leurs monastères.

Ils ont reçu l’ordre d’abandonner leur vie monastique et, à la place, doivent fréquenter des écoles laïques mises en place par le gouvernement chinois. La décision prise par les fonctionnaires des Comtés de Tulan [3] et Terlenkha [4] font suite à des campagnes similaires menées l’an dernier dans la "Région Autonome du Tibet" visant à limiter la taille des monastères tibétains. Les monastères sont considérés par les autorités comme des lieux de résistance contre le gouvernement chinois.

Les parents dans ces deux Comtés ont été convoqués à une réunion le 23 février, quatre jours après le début de Losar, et il leur a été dit que les jeunes moines étudiant actuellement dans des monastères éloignés ne seraient pas autorisés à y retourner.
Il a été ordonné aux parents de mettre leurs enfants en tant que laïcs dans les écoles locales dirigées par le gouvernement pour y être inscrits quand elles rouvriront à la fin de la saison des vacances d’hiver. Dans ces écoles la langue tibétaine n’est pas enseignée, même pas comme matière.

La décision cible en particulier les moines issus des zones rurales de nomades ayant moins de 19 ans. Cette décision du gouvernement prend de l’importance par le fait que les cours de langue tibétaine organisés par des individus et des groupes pour les élèves ayant déjà obtenu un diplôme dans des écoles locales ont également été interdits.
"Les parents se plaignent régulièrement que la langue tibétaine n’est pas enseignée dans les écoles", rapporte une autre source, parlant sous couvert d’anonymat.
"Pour compenser cela, un Tibétain instruit avait organisé des classes spéciales pour enseigner la langue, mais celles-ci ont maintenant été fermées". "Donc, les parents demandent que des cours de langue tibétaine soient inclus dans le programme des écoles locales".

"C’est de leur propre chef que les jeunes moines, désormais interdits de retour dans leurs monastères, avaient choisi d’y étudier. Maintenant, le gouvernement les oblige à revenir à l’état laïc et à fréquenter les écoles locales sans cours de langue tibétaine dans leur programme d’études". "Cela nous embrouille en tant que parents et nous place dans un dilemme". "Si nous désobéissons à la directive du gouvernement, ceci pourrait nous créer des problèmes. Et si nous nous conformons à cet ordre, cela pourrait nuire à l’avenir de nos enfants".

Précédemment, en octobre 2014, les autorités du Comté de Driru [5] avaient expulsé des monastères et renvoyé chez eux des moines âgés de 12 ans ou moins.

Sources : Radio Free Asia, 24 février 2015 et Tibetan Review, 26 février 2015.

Vous avez apprécié cet article ? Faites-le suivre à vos amis intéressés par ce sujet !

Abonnez-vous à la Lettre d’informations de Tibet-info, ou retrouvez Tibet-info sur Facebook , Twitter ou par fil RSS.

[1] Tsonub, (Haixi ou 海西蒙古族藏族自治州 en chinois), est une subdivision administrative en deux parties séparées dans la région tibétaine de l’Amdo, actuelle Province chinoise du Qinghai

[2] Voir les articles :
- "Losar, Nouvel an tibétain en 2015 : année 2142 du Mouton de Bois" ;
- Losar, le nouvel an tibétain, ses symbolismes et son déroulement ;
- Calendriers tibétains ;
- Bref aperçu sur le calcul astrologique du calendrier tibétain.

[3] Tulan (ཏུའུ་ལན་ en tibétain, Dulan ou 都兰 en chinois) est un Comté de la "Préfecture Autonome Mongole et Tibétaine de Haixi". dans la région tibétaine de l’Amdo, province actuelle chinoise du Qinghai.
Localiser Dulan sur cette carte

[4] Terlenkha (Delingha ou 德令哈 en chinois) est un Comté de la "Préfecture Autonome Mongole et Tibétaine de Haixi". dans la région tibétaine de l’Amdo, province actuelle chinoise du Qinghai.
Localiser Delingha sur cette carte

[5] Driru, འབྲི་རུ་ en tibétain, ou Biru, 比如县 en chinois, est à une centaine de kms à l’est de Nagchu (en chinois Nagqu, 那曲地区). Driru, dont le nom signifie "femelle du yack", est un district dans une région accidentée au nord de la "Région Autonome du Tibet" (4 500 m d’alt. environ), près de la rivière Salouen (Nu Jiang, 怒江, en chinois).
Localiser Driru sur cette carte.


<:accueil_site:> | <:info_contact:> | <:plan_site:> | [(|?{'',' '}) | <:icone_statistiques_visites:>
<:info_visites:>

<:icone_suivi_activite:> fr  <:icone_suivi_activite:>   <:icone_suivi_activite:>    ?    |    <:ecrire:titre_sites_syndiques:> OPML   ?

<:site_realise_avec_spip:> 2.1.13 + AHUNTSIC