De nombreuses détentions liées aux immolations au Tibet

mercredi 5 décembre 2012 par Rédaction , Monique Dorizon

Un nombre inconnu de détentions est rapporté dans les zones où des Tibétains ont protesté par auto-immolation, selon des informations fiables reçues par le Tibetan Centre for Human Rights and Democracy (TCHRD) basé à Dharamsala, en Inde.

Beaucoup des personnes détenues à la suite d’une manifestation d’auto-immolation sont des membres de la famille et des proches de l’immolé, a déclaré au TCHRD une source originaire de la Préfecture de Kanlho [1] .

La même source a déclaré que les membres de la famille et les proches concernés éprouvent des difficultés à rendre compte de leur détention en raison des craintes de représailles de la part des fonctionnaires. "Il existe parmi les Tibétains locaux dans la zone de Kanlho et même en dehors de Kanlho, une peur palpable que la connaissance de ces détentions affecte les chances de libération anticipée", a déclaré cette source.

Ces derniers jours, les autorités locales chinoises de la Préfecture de Kanlho ont abordé chaque foyer, forçant à signer une lettre déclarant que personne dans la famille ne s’immolerait et que chaque membre de la famille allait s’assurer des autres pour éviter de tels incidents.

Le 21 octobre, le gouvernement de la Préfecture de Kanlho a émis un avis offrant des primes de 50 000 yuans (6 140 euros environ) à ceux qui avertiraient le gouvernement chinois de "la planification et la complicité" de protestations par immolation [2]. De même, le 14 novembre, le gouvernement préfectoral de Malho [3] a publié un avis ordonnant à tous les niveaux de l’administration locale et aux bureaux du Parti de faire respecter l’interdiction des auto-immolations et de punir les familles des immolés et les villages où ils vivent.

La même source a déclaré au TCHRD que les membres de la famille de Lhamo Kyap, qui est décédé par immolation [4], le 20 octobre, près du monastère de Bora, ont également été contraints de signer la lettre. La famille a refusé deux ou trois fois, mais les fonctionnaires des administrations locales ont continué à faire pression sur la famille. Lors d’une de ces visites des fonctionnaires, la veuve de Lhamo Kyap, en colère, a déchiré la lettre. Ce qui s’est passé par la suite n’est pas connu pour le moment, poursuit cette même source.

Dans le passé, d’autres sources ont rapporté que certains membres de la famille des immolés avaient subi de l’intimidation afin qu’ils signent des papiers indiquant que les immolations n’avaient rien à voir avec la mauvaise administration du gouvernement chinois. Certains se sont vus proposer de l’argent pour leur silence. Certains ont été menacés de détention s’ils échangeaient des informations sur les immolations avec leurs amis ou collègues villageois, comme cela est arrivé avec le père d’un jeune homme, qui a succombé à la suite de son immolation en juin de cette année. [5]

La campagne de signatures est mise en œuvre même en dehors de la zone de Kanlho. Dans la Préfecture de Malho (Huangnan), où les autorités appliquent la note du 14 novembre qui interdit et punit les immolations, les fonctionnaires gouvernementaux et les cadres du parti du canton de Dowa [6], du Comté de Thunding [7] et de la Préfecture de Malho [3] ont obtenu des déclarations signées par les responsables villageois et les dirigeants pour éviter toute auto-immolation dans leur juridiction.

Le TCHRD avait auparavant rapporté que chaque foyer des régions mentionnées précédemment, serait contraint de signer une lettre promettant que lui et les membres de la famille ne pratiqueraient pas l’immolation. La même source a également signalé des détentions liées à des immolations dans le canton de Dhokarmo [8].

Malgré l’interdiction officielle des immolations et des cérémonies de prières et de rituels liés à la crémation, l’élan de solidarité et les condoléances aux membres de la famille de l’immolé ont été considérables, a dit la source au TCHRD. Dans la région de Kanlho, les femmes ont formé leurs propres groupes de volontaires pour observer le jeûne et autres rituels religieux afin d’honorer la mémoire de ceux qui sont morts pour protester en s’immolant. La même source indique également que les villages, les familles et les monastères de la région ont tous ensemble payé et organisé des cérémonies de prières et d’autres rituels.

Source : Tibetan Centre for Human Rights and Democracy, 4 décembre 2012.

Vous avez apprécié cet article ? Faites-le suivre à vos amis intéressés par ce sujet !

Abonnez-vous à la Lettre d’informations de Tibet-info, ou retrouvez Tibet-info sur Facebook , Twitter ou par fil RSS.

[1] Kanlho (Gannan ou 甘南藏族自治州 en chinois), dans l’ancienne région tibétaine de l’Amdo, est une "Préfecture Autonome Tibétaine" de l’actuelle province chinoise du Gansu. Localiser Kanlho (Gannan) sur cette carte.

[2] Voir l’article "Des primes pour trouver les instigateurs des immolations", du 26/10/2012.

[3] La "Préfecture Autonome Tibétaine" de Malho (en chinois Huangnan, 黄南藏族自治州) est située dans l’actuelle province du Qinghai, autrefois région tibétaine de l’Amdo.
Localiser la "Préfecture Autonome Tibétaine de Malho" sur cette carte

[4] Voir l’article "Lhamo Kyab s’immole par le feu à Sangchu, en Amdo le 20 oct. 2012", du 22/10/2012.

[5] Le nom du père et du fils sont volontairement omis par crainte de représailles.

[6] Dowa est une localité dépendant du Comté de Rebkong (Tongren ou 同仁县 en chinois). Dowa est à une cinquantaine de km à vol d’oiseau au sud-est de Rebkong et une trentaine de km de Labrang (Xiahe ou 夏河县 en chinois). Localiser Dowa (Duowaxiang) sur cette carte.

[7] NdR Thunding ? Non localisé.

[8] Dhokarmo (ou Dokarmo), DuoHeMao ou 多禾茂 en chinois, est une localité dépendant du district ("xian") de Zekog dans la "Préfecture Autonome Tibétaine de Malho" (Huangnan en chinois), dans la région tibétaine de l’Amdo, Province chinoise actuelle du Qinghai.
Localiser Dhokarmo (Duohemaoxiang) sur cette carte.


<:accueil_site:> | <:info_contact:> | <:plan_site:> | [(|?{'',' '}) | <:icone_statistiques_visites:>
<:info_visites:>

<:icone_suivi_activite:> fr  <:icone_suivi_activite:>   <:icone_suivi_activite:>    ?    |    <:ecrire:titre_sites_syndiques:> OPML   ?

<:site_realise_avec_spip:> 2.1.13 + AHUNTSIC