La mobilisation s’intensifie juste avant les JO

* Article mis à jour en continu le 8 août - Actualisations les jours suivants *

jeudi 7 août 2008 par Rédaction

De l’Inde à l’Europe occidentale en passant par la Chine même, les actes de protestation se multipliaient le 7 août 2008, à la veille de l’ouverture des Jeux olympiques à Pékin, pour dénoncer la répression des Droits de l’Homme en Chine.
A l’initiative notamment d’associations soutenant les Tibétains et les Ouïghours et du mouvement spirituel Falung Gong, pétitions, veillées, manifestations, initiatives diverses se déroulaient en Europe. Mais la mobilisation était encore modeste en attendant le jour J de l’ouverture le 8 août, qui voit la protestation s’intensifier, avec des rassemblements dans plusieurs grandes capitales européennes.

- 127 athlètes, dont une quarantaine participent aux Jeux, ont signé une lettre ouverte au président Hu Jintao appelant au respect des Droits de l’Homme.
Dans leur lettre, initiée par l’ONG allemande "Sports for Peace", les sportifs appellent notamment M. Hu à "protéger la liberté d’expression et la liberté religieuse dans votre pays, y compris au Tibet".

France

- Paris, échaudé par les débordements ayant émaillé l e 7 avril le passage de la flamme olympique, s’était tout d’abord distingué en interdisant toute manifestation les 7 et 8 août aux abords de l’ambassade de Chine, s’attirant les critiques d’ONG. [1]
- Le 8 août, plusieurs centaines de manifestants ont défilé à Paris (au Trocadéro et avenue George V) pour dénoncer les atteintes aux Droits de l’Homme en Chine, et sont parvenus à approcher l’ambassade de Chine après un long bras de fer avec les autorités policières. Défilé manifestation du 8/8/2008 Paris. Photo O. Masseret
- Un manifestant a escaladé un immeuble à proximité immédiate de l’ambassade de Chine, dans le 8e arrondissement, pour y dérouler une banderole où des menottes figurent les anneaux olympiques, avant d’être interpellés par la police, sous les huées des manifestants.
- Le long du cortège, les manifestants ont transporté cinq cercueils en signe de deuil pour le Tibet, en psalmodiant des prières tibétaines. Défilé 8/8/2008 Paris. Photo O. Masseret
La manifestation, qui a débuté dans un climat de grande tension en raison du refus initial de la police de la laisser approcher de l’ambassade de Chine, s’est finalement déroulée sans incident. Défilé manifestation du 8/8/2008 Paris. Photo O. Masseret Défilé 8/8/2008 Paris. Photo O. Masseret
La manifestation de RSF a été symboliquement dispersée à 14H08, au moment où débutait la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques.
Le rassemblement des Tibétains (et communautés asiatique et ouïgoure) a continué jusqu’à 16h45 près de l’ambassade, puis s’est rendu devant le mur de la paix, pour un hommage aux disparus (devant la tour Eiffel). Ce n’est qu’à 19 heure que la manifestation s’est dispersée officiellement, après avoir écrit "Free Tibet" avec tous les drapeaux posés les uns à côté des autres pour former chaque lettre sur les pelouses du parc.

- Le 6 août, à Paris, une vingtaine de manifestants pro-tibétains avaient envahi une boutique du groupe de messagerie UPS, pour dénoncer les "sponsors des jeux de la honte", "complices" de la répression.
- Une quinzaine de militants ont manifesté plus tard à Paris contre le "régime totalitaire de Pékin" en occupant brièvement un restaurant McDonald’s, sponsor des Jeux olympiques, avant d’aller porter devant la cathédrale Notre-Dame un cercueil portant l’inscription "Ci-gît la démocratie, décédée à Pékin en août 2008".

- Une centaine de manifestants pro-Tibétains ont défilé dans le centre de Lyon le 8 août après-midi

- En France, une marche de soutien au Tibet est organisée à partir du 7 août autour du Mont Blanc, jusqu’au 24 août. Jetsum Pema, soeur du Dalaï Lama, y est "l’invitée d’honneur" de l’association organisatrice. La manifestation débute par un concert dans la station des Houches, près de Chamonix.

- Bordeaux : Le Collectif girondin pour le Tibet a organisé, le 8 août, une action de solidarité avec le peuple tibétain qui consistait à demander aux gens de se faire photographier avec le drapeau tibétain. Au total, 240 personnes ont répondu oui. Les photos sont en ligne sur le site http://tashi-delek.fr.gd/

(NB pas encore de nouvelles des autres villes de France)

Europe

Allemagne
- A Berlin, des militants des causes tibétaines, mongoles et ouïghoures ont aussi tenté le 7 août de déposer une pétition à l’ambassade de Chine. Le 8, quelques dizaines de militants de RSF ont manifesté devant la mission diplomatique où se tenait une importante réception au moment du coup d’envoi des JO.

Autriche
- en Autriche débute le Festival de Solidarité avec le Tibet, le 8 août.
- A Vienne, une trentaine de personnes se sont réunies devant l’amabassade de Chine

Belgique
- A Bruxelles, près de 200 manifestants, méconnaissables sous des bandages ensanglantés et les mains attachées par des chaînes, se sont rassemblés le 8 août à Bruxelles sur le rond-point qui jouxte les principales institutions européennes, avant de se diriger vers l’ambassade de Chine.

Danemark
- Une centaine de personnes environ ont manifesté le 8 août après-midi devant l’ambassade de Chine près de Copenhague. Une quinzaine d’hommes et de femmes ont participé à une séance de "Coupe de cheveux pour le Tibet", se faisant raser le crâne sur un trottoir devant l’ambassade "en signe de sympathie avec les moines victimes de la répression chinoise au Tibet ", a déclaré à l’AFP Thomas Tor Ulstrup, membre du Comité danois de soutien au Tibet.

Espagne
- A Madrid, une délégation de RSF Espagne a tenté de remettre une lettre à l’ambassadeur de Chine. Ce dernier a refusé de recevoir cette "organisation ennemie du peuple chinois".

Islande Une manifestation a rassemblé quelques personnes qui ont allumé des bougies représentant les mots "Save Tibet"

Italie
- A Assise, dans l’ouest de l’Italie, environ un millier de personnes ont manifesté en faveur des Droits de l’Homme et du Tibet au moment où s’ouvraient les Jeux olympiques de Pékin.
- A Rome, une quinzaine de moines tibétains et de militants ont manifesté dans plusieurs endroits de la ville, du Colisée au Vatican.

Lituanie
- Environ 350 personnes se sont réunies le 7 août au soir sur une place de la vieille ville de Vilnius (Lituanie) pour manifester leur soutien à l’idée d’un "Tibet libre".

Norvège
- Le Comité norvégien de soutien au Tibet appelait la population à allumer une bougie pour le Tibet à 19H00 GMT, cette action étant par ailleurs reprise dans le monde entier.

Pays-Bas
- A Amsterdam, de 100 à 400 manifestants, selon les sources, étaient sur le Dam, face au Palais royal.

Pologne
- Un drapeau tibétain géant de 13,5 sur 20 mètres a été dessiné le 8 août sur la place centrale de Lublin dans l’est de la Pologne en signe de protestation contre la violation des Droits de l’Homme en Chine.
Le drapeau a été dessiné à l’initiative d’une association polonaise des Droits de l’Homme, Homo Faber. Les organisateurs ont placé autour du drapeau une dizaine de postes de télévision éteints pour montrer qu’ils ne regardaient pas la cérémonie d’ouverture des JO.
- Une manifestation contre la violation des Droits de l’Homme en Chine a réuni également quelques centaines de personnes devant l’ambassade chinoise à Varsovie.

Portugal
- A Lisbonne, une manifestation était prévue le 7 août au soir devant l’ambassade de Chine, et à Porto, une veillée pour le Tibet au centre-ville. Première rencontre officielle le 08 août entre l’association "Grupo de Apoio ao Tibete " et l’ambassade de Chine à Lisbonne.

Rép. Tchèque
- Une quarantaine de personnes personnes arboraient des pancartes avec le slogan "Un monde, un rêve, Tibet libre"

Royaume-uni
- A Londres, environ 300 personnes manifestaient devant l’ambassade de Chine le 8 août.

Suisse
- En Suisse, l’Association de la jeunesse tibétaine organisait des veillées aux bougies à Genève, Zurich, Berne, Bâle, Lucerne et d’autres villes, tout comme en France et dans d’autres pays.

- Entre 100 et 150 personnes se sont rassemblées le 8 août après-midi devant le Musée olympique de Lausanne pour une soirée de solidarité avec les peuples tibétains et birmans.

Turquie
- A Ankara, un manifestant a tenté le 8 août de s’immoler par le feu devant l’ambassade de Chine lors d’un rassemblement de Ouïgours musulmans venus protester contre la politique de Pékin envers leur communauté. Il souffre de brûlures graves au visage et aux mains.

Amérique

- Le président américain George W. Bush a de nouveau plaidé pour la "liberté d’expression" à Pékin, en inaugurant la nouvelle ambassade des Etats-Unis.

- A Washington, des militants ont manifesté le 7 août devant l’ambassade de Chine, aux cris de : "Jeux olympiques de Pékin, Jeux olympiques du génocide", "la Chine ment, les gens meurent" ou encore "Arrêtez de tuer au Tibet, arrêtez de tuer au Turkestan".

- A San Francisco, deux activistes américaines sont inculpées d’avoir pénétré dans une représentation diplomatique sur le sol américain "à des fins d’intimidation (...) de menace ou de harcèlement". Les deux femmes, membres du groupe "Etudiants pour un Tibet libre" avaient effectué un simulacre de pendaison sur la façade du consulat pour dénoncer la répression au Tibet.

- A Ottawa, cinq militants pro-tibétains se sont brièvement enchaînés le 6 août aux grilles de l’ambassade. Plus tard, plus de 300 personnes se sont réunies devant l’ambassade de Chine pour protester en faveur des Tibétains, Ouighours, membres du Falungong... A Vancouver, un rassemblement s’est tenu devant le consulat de Chine, durant lequel les manifestants ont bloqué l’entrée du bâtiment par une imitation de char.

- Des membres d’Amnesty International ont d’autre part cherché en vain à déposer à l’ambassade une pétition signée par quelque 60 000 Canadiens.

Asie

Chine
- En Chine même, de petites protestations individuelles n’ont pu être empêchées par l’intense maillage policier : trois chrétiens américains ont été expulsés le 7 août de force de la place Tiananmen pour y avoir prié pour la deuxième fois.
"Nous étions sur la place Tiananmen en train de prier pour le peuple de Chine quand la police nous a tirés de force sur la voie publique", a déclaré le révérend Patrick J. Mahoney.
- RSF a piraté une station FM le 8 août, juste douze heures avant le coup d’envoi des JO
- Le 8 août, une heure avant la cérémonie d’ouverture des JO, deux Américains et un Américo-argentin ont été arrêtés juste devant le stade olympique à Pékin après avoir exhibé des drapeaux tibétains pour "offrir un message de solidarité avec le peuple tibétain", selon un communiqué de Lhadon Tethong, de SFT.

- Deux Britanniques et deux Américains ont en outre été expulsés de Chine vers leurs pays respectifs après avoir déployé le 6 août une banderole "Tibet libre" près du stade national à Pékin. Les deux Britanniques expulsés ont assuré à leur arrivée à Londres que d’autres actions auraient lieu.

Hong Kong
- Trois autres militants des Droits de l’Homme se sont vu refuser l’entrée à Hong Kong depuis le 6 août. L’un d’eux, Yang Jianli, citoyen chinois vivant aux Etats-Unis, est resté en détention jusqu’au 7 avant d’être expulsé vers Tokyo. Cet ancien prisonnier politique chinois avait prévu de participer à une "marche pour les Droits de l’Homme" à Hong Kong.
- Un Britannique a été interpellé le 8 août à Hong Kong après avoir escaladé un pont et déployé deux banderoles sur lesquelles on pouvait lire : "Le peuple de Chine veut la liberté" et "Nous voulons les Droits de l’Homme et la démocratie" à quelques heures du coup d’envoi des JO.

Inde
- A New Delhi, près d’un millier d’exilés ont défilé sous très haute sécurité en criant "Dites ’non’ aux JO". La police était équipée d’extincteurs et de couvertures de peur que certains moines s’immolent par le feu.
- Tenzin Tsundue, qui suivait une grève de la faim après avoir été arrêté, est hospitalisé.
- Le 8 août, près de 150 moines tibétains ont tenté de pénétrer dans l’ambassade de Chine en forçant les barrières et barbelés.

Japon
- Au Japon, la compagnie aérienne chinoise Air China a reçu des menaces par email d’une explosion d’un de ses avions ou de précipiter des appareils sur le site des JO. Un de ses Boeings a été contraint de revenir se poser à Nagoya

Népal
- Des moines et nonnes, priant et chantant, demandaient aussi la "fin du génocide culturel" au Tibet à Katmandou où un journaliste de l’AFP a assisté à quelques heurts entre Tibétains et policiers.
- Près de 1 400 exilés tibétains ont été arrêtés le 8 août à Katmandou pour avoir manifesté près de l’ambassade de Chine, un record dans cette ville qui a vu se succéder des manifestations quotidiennes depuis le 14 mars 2008 (avec quelques jours d’arrêt après le tremblement de terre au Sichuan).

Mise-à-jour : 10 août 17h40.

[1] Cette interdiction a été levée le 8 août sur décision de justice, mais la police refusait toujours vers 13h30 l’accès à l’avenue George V (adresse de l’ambassade de Chine).
La police a finalement laissé passer les manifestants un peu plus tard.
- L’organisation Reporters sans frontières avait déposé une demande de suspension des arrêtés de la préfecture de police de Paris interdisant les manifestations devant l’ambassade de Chine.


<:accueil_site:> | <:info_contact:> | <:plan_site:> | [(|?{'',' '}) | <:icone_statistiques_visites:>
<:info_visites:>

<:icone_suivi_activite:> fr  <:icone_suivi_activite:>   <:icone_suivi_activite:>    ?    |    <:ecrire:titre_sites_syndiques:> OPML   ?

<:site_realise_avec_spip:> 2.1.13 + AHUNTSIC