Le point sur la succession du Dalaï Lama

samedi 15 décembre 2007 par Rédaction

Clarification concernant les récentes remarques de Sa Sainteté le Dalaï Lama à propos des options pour la sélection de son successeur

Bien que ces commentaires puissent arriver comme une surprise pour certains, en fait Sa Sainteté s’est exprimé sur ce sujet dès 1969.
S’adressant à la communauté tibétaine à Dharamsala le 29 juillet 1997, il présenta plusieurs scénarios possibles pour sélectionner sa réincarnation.
Sa principale raison pour faire cela est basée sur sa croyance que l’institution du Dalaï Lama existe avant tout pour servir le peuple tibétain et pour le bénéfice du bouddhisme tibétain et que le changement de circonstances appelle à la flexibilité pour accomplir cet objectif.
La question de son successeur a pris une dimension critique due à un ordre récent du gouvernement chinois qui rend obligatoire pour tous les lamas tibétains réincarnés d’être officiellement reconnus par l’Etat communiste, une initiative clairement destinée à gagner le contrôle du prochain Dalaï Lama. Reconnaissant le sérieux de ce développement, des journalistes ont posé cette question à Sa Sainteté ces dernières semaines et par conséquent Sa Sainteté a fait savoir à nouveau que c’est au peuple tibétain de décider s’il conserve l’institution du Dalaï Lama ou non. S’il veut la conserver, c’est au peuple tibétain et aux croyants traditionnels du bouddhisme tibétain, qui se rencontrent des régions de l’Himalaya de l’Inde jusqu’en Mongolie, en incluant les Etats bouddhistes russes de Bouriatie et de Kalmoukia, de décider de la procédure de sélection.
Il a également suggéré qu’il y avait besoin de réexaminer le processus traditionnel de reconnaissance de sa réincarnation et il a proposé quelques alternatives possibles.
Celles-ci incluent la nomination de son successeur de la même façon que les cardinaux de l’église catholique romaine choisissent le pape, c’est-à-dire par élection. Une autre option pourrait être une variation moins connue de la tradition bouddhiste tibétaine où un lama hautement réalisé a le pouvoir de choisir la date et l’endroit de sa renaissance, c’est-à-dire de reconnaître sa réincarnation de son vivant. De telles réincarnations sont connues sous le nom de ‘’Madhé tulkou’’ littéralement ‘’reconnus avant la mort’’. Cela mis de côté, l’objectif ultime d’une réincarnation est de compléter la mission ou la tâche de la vie précédente. Bien sûr, Sa Sainteté n’a pas exclu la possibilité qu’il pourrait être réincarné de la manière traditionnelle, bien qu’il a clairement déclaré que dans ce cas, il serait logique que la naissance ait lieu dans un pays libre.
Finalement, pour mettre ces éléments en perspective, nous devrions nous souvenir que Sa Sainteté a souvent dit en public qu’il est en excellente santé et qu’il espère vivre encore plusieurs décennies, il n’y a donc pas à se hâter.

Bureau de Sa Sainteté le Dalaï Lama
Le 5 décembre 2007


NB Tibet Info avait déjà publié quelques articles dans le passé à ce sujet. Par exemple, les articles du :
- 28 juin 1999 (dernier article de cette page)
- 30 janvier 2001


<:accueil_site:> | <:info_contact:> | <:plan_site:> | [(|?{'',' '}) | <:icone_statistiques_visites:>
<:info_visites:>

<:icone_suivi_activite:> fr  <:icone_suivi_activite:>   <:icone_suivi_activite:>    ?    |    <:ecrire:titre_sites_syndiques:> OPML   ?

<:site_realise_avec_spip:> 2.1.13 + AHUNTSIC