Manifestations à Serthar à l’occasion du Nouvel an tibétain

lundi 27 février 2012 par Rédaction , Monique Dorizon

Une forte répression de la sécurité chinoise, l’organisation de célébrations forcées, une propagande basée sur des "témoignages" de ces célébrations, et des manifestations ont marqué l’arrivée du Nouvel an tibétain du Dragon d’eau, le 22 février 2012 [1], dans les régions tibétaines. Le verrouillage par l’armée chinoise et la coupure des communications expliquent que très peu d’informations sur les manifestations et les détentions soient parvenues au monde extérieur. Les médias en ligne en Chine sont remplis de témoignages sur les célébrations, mais ceux-ci ne font aucune mention des manifestations tibétaines et du boycott des festivités afin de pleurer ceux qui sont morts ou ont été blessés à la suite des coups de feu tirés contre des manifestations pacifiques ou lors des immolations [2].

Dans la ville de Kikor, Comté de Serthar [3], plus de 60 Tibétains ont organisé une manifestation pour protester contre la domination chinoise et crié "Vive Sa Sainteté le Dalaï Lama", a rapporté Radio Free Asia le 22 février.
Cela a commencé avec six moines, conduits par Tengyal Tulku du monastère de Sera, situé à Kikor, par la tenue à 6h du matin d’une réunion de prière de longue vie pour le Dalaï Lama.

Ils furent bientôt rejoints par environ 60 autres Tibétains portant un drapeau national tibétain et une banderole blanche avec les noms des Tibétains qui s’étaient récemment immolés.
La police se serait limitée à la prise de photos alors que des fonctionnaires tibétains étaient envoyés pour contrôler la situation. Ceci a duré environ trois heures.

Il a également été signalé que, dans la province voisine du Qinghai [4], 25 moines du monastère de Zikar, dans le Comté de Tridu, Préfecture de Yushu [5], avaient été mis en détention au cours de ces dernières semaines pour avoir mené une marche de manifestation de sept miles (environ 11 kms) suivie par 400 moines en direction de la ville de Dza Toe, le 8 février [6]. Mais lorsque les troupes ont arrêté les moines au niveau d’un pont près de Dza Toe, quelque 1 000 Tibétains ont rejoint la manifestation.

Les 25 moines ont été détenus dans un bâtiment de l’école près du monastère afin de subir un cours rigoureux de rééducation politique. Quatre de ces moines ont été emmenés à des moments différents dans des lieux inconnus - trois, le 15 février et le quatrième, nommé Sonam Tenzin, aux alentours du 17 février 2012.
Le rapport dit que Sonam Tenzin avait voyagé en Inde à deux reprises auparavant.

Source : Tibetan Review, Radio Free Asia, 26 février 2012.

Vous avez apprécié cet article ? Faites-le suivre à vos amis !

Share |

[1] Voir l’article "Losar, Nouvel an tibétain en 2012 : année 2139 du Dragon d’eau".

[2] Voir l’article "Immolations : récapitulatif, actions et réactions", du 30/10/2011, réactualisé.

[3] Serthar, (Séda ou 色达县 en chinois), peut être localisé sur cette carte . Serthar dépendait de l’ancienne province tibétaine de l’Amdo, aujourd’hui province chinoise du Sichuan, bien que la plus grande partie du Sichuan corresponde à l’ancienne province tibétaine du Kham.

[4] La province du Qinghai correspond pour sa plus grande partie à l’ancienne province tibétaine de l’Amdo. Voir la carte du Tibet occupé.

[5] Jyekundo ou Jyegu est le nom donné localement à la ville tibétaine de Kyegudo, ou Kyegu en tibétain de Lhassa (ཡུལ་ཤུལ་བོད་རིགས་རང་སྐྱོང་ཁུལ་). Sur les cartes, cette ville est généralement connue sous le nom chinois de son Comté (xian) : Yushu (结古镇). Yushu est visible sur cette carte

[6] Voir l’article "Des milliers de manifestants demandent le retour du Dalaï Lama", du 09/02/2012.


<:accueil_site:> | <:info_contact:> | <:plan_site:> | [(|?{'',' '}) | <:icone_statistiques_visites:>
<:info_visites:>

<:icone_suivi_activite:> fr  <:icone_suivi_activite:>   <:icone_suivi_activite:>    ?    |    <:ecrire:titre_sites_syndiques:> OPML   ?

<:site_realise_avec_spip:> 2.1.13 + AHUNTSIC