"Nous ne sommes pas des terroristes" affirment les Tibétains au milieu d’un territoire interdit aux journalistes

vendredi 9 mars 2012 par Monique Dorizon

Alors même que, en marge de la très prévisible session parlementaire, de hauts dirigeants chinois monopolisent les médias à Pékin, décrivant les auto-immolations au Tibet comme du "terrorisme déguisé", les Tibétains au cœur des protestations ont une toute autre histoire à raconter.

Au péril de sa propre sécurité, un jeune homme dans la région assiégée de Ngaba, au Tibet oriental, a déclaré à un groupe de médias britanniques ayant pu se faufiler dans la région, que les gouvernements occidentaux avaient oublié le peuple tibétain.
"Je me sens très triste à cause de la situation", a dit cet homme à un journaliste de Sky News dans un anglais limité. Beaucoup de gens sont morts. Ainsi, le peuple tibétain est seul. Personne ne cherche à l’aider".
"Nous ne sommes pas des terroristes", dit le jeune homme. "Nous sommes bouddhistes. Nous n’allons pas nuire à autrui".

Le petit clip vidéo montre ce que le journaliste décrit, comme étant "des photos rares de la relation tendue" entre les autorités chinoises et les populations locales tibétaines.
En dépit des affirmations de la Chine disant que les manifestations d’auto-immolation étaient des incidents isolés qui n’ont pas le soutien populaire, les images de Ngaba montrent les préparatifs de la Chine à la "guerre contre les saboteurs" dans une ville sous "verrouillage virtuel".

La police paramilitaire chinoise a inondé Ngaba d’une "présence intimidante de la police chinoise de la sécurité de l’Etat".
"Des rangées d’hommes avec des engins anti-émeute, accroupis derrière des barricades d’acier bordant la rue principale de la ville, tandis que les troupes camouflées utilisent un champ à moins de 200 mètres du stupa doré du monastère de Kirti [1] pour pratiquer des exercices d’arts martiaux".

Le personnel de la sécurité chinoise a arrêté plusieurs journalistes étrangers tentant d’entrer dans la zone, y compris des journalistes de la BBC et de CNN.
Cependant, les journalistes qui ont pu passer le strict cordon de sécurité ont décrit la ville comme une "zone de conflit" sous un "verrouillage étouffant".

Un journaliste de l’Associated Press a rapporté que les soldats avec des casques, des fusils, des bâtons et des boucliers, marchant en rang, non seulement patrouillaient dans les rues, mais étaient aussi "la police des esprits" de la communauté.
"Toute la journée, les habitants ont vraiment le cœur lourd, sont très frustrés. Les soldats sont partout", raconte un enseignant. "A chaque instant, les gens se demandent ce qui arrivera à la personne à côté d’eux, ce que les soldats vont leur faire".

Un des premiers à avoir eu accès à la région de Ngaba, un journaliste du Guardian, a révélé que les paramilitaires chinois ont essayé "d’étouffer la résistance tibétaine sous la règle de Pékin avec des matraques à pointes, des armes semi-automatiques et des extincteurs".
"Essentiellement, vous avez une ville qui est inquiète - une ville qui est divisée entre les immolateurs potentiels et ceux qui sont là pour éteindre le feu", poursuit le journal The Guardian.

Le mois dernier, dans un communiqué, le Club des correspondants étrangers en Chine (FCCC), avait appelé à "un accès sans entrave" aux régions tibétaines.
"Les autorités chinoises ont mis en place un très important cordon de sécurité, tentant d’empêcher les journalistes de pénétrer dans les régions tibétaines où de grands bouleversements - y compris des meurtres et des auto-immolations - ont été rapportés", a indiqué le communiqué.
"Le FCCC considère ceci comme une violation flagrante de la réglementation chinoise régissant les journalistes étrangers, qui leur permet de voyager librement et d’interroger toute personne prête à être interrogée".

Source : Phayul, 8 mars 2012.

Vous avez apprécié cet article ? Faites-le suivre à vos amis !

Share |

[1] Localisation de Ngaba ("Aba" ou 阿坝藏族羌族自治州 en chinois) au centre de cette carte.
Le monastère de Kirti est situé au nord-ouest de Ngaba, sur la carte ci-dessous.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques
visites : 285741

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Informations   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.13 + AHUNTSIC