Sonam et Choepak Kyab s’immolent à Ngaba le 19 avril 2012

dimanche 22 avril 2012 par Rédaction

Deux nouvelles immolations par le feu de Tibétains ont eu lieu à Dzamthang [1], où la contestation contre la répression culturelle et religieuse menée par Pékin ne faiblit pas malgré la forte présence policière.
Ces deux Tibétains, Sonam et Choepal Kyab, 2 cousins âgés d’une vingtaine d’années, ont accompli leur geste désespéré le 19 avril 2012 dans la préfecture de Ngaba, a indiqué dans un communiqué l’organisation International Campaign for Tibet.
Ils sont morts des suites de cette immolation et les habitants ont réussi à empêcher les forces de sécurité d’emporter les corps, a précisé l’ONG. Leurs familles ont reçu l’ordre de procéder à la crémation vers 1h du matin, où quelques milliers de Tibétains se sont rassemblés pour la cérémonie, y compris des moines venant d’autres monastères.
Sonam et Choepak Kyab étaient tous deux originaires de familles de nomades.

Un moine bouddhiste se trouvant sur place, joint par téléphone par l’AFP, a confirmé le décès des deux jeunes, qui seraient des laïcs selon Free Tibet, une autre association de défense des Tibétains.
Les autorités locales, dans cette région reculée où les autorités empêchent l’accès aux journalistes de la presse étrangère, étaient injoignables.

Un total de 34 Tibétains, en majorité des moines bouddhistes, se sont immolés par le feu ou ont tenté de le faire depuis début mars 2011 dans les régions tibétaines. Un grand nombre de ces immolations a eu lieu dans la préfecture de Ngaba. [2]

Deux mois plus tôt, des centaines de Tibétains s’étaient rassemblés dans cette même région pour rendre hommage à un autre jeune laïc de 18 ans, Nangdrol, qui s’était lui aussi immolé par le feu et qui était décédé à Dzamthang le 19 février 2012. [3]

A Dzamthang également, la police avait tiré le 26 janvier 2012 sur une foule de Tibétains, causant la mort d’un jeune Tibétain identifié comme étant un étudiant de 20 ans nommé Ogyen.
Ogyen faisait partie d’une foule de Tibétains qui s’étaient rassemblés pour protester contre la détention d’un autre jeune Tibétain, identifié comme Tarpa. Ce dernier avait affiché des tracts plus tôt ce jour indiquant que les immolations qui avaient eu lieu au Tibet étaient des appels à la liberté du Tibet et pour le retour du Dalaï Lama, et que les immolations continueraient jusqu’à ce que les autorités répondent à ces exigences. Tarpa avait inclus son nom et une photo de lui-même sur les affiches, indiquant que les autorités pouvaient l’arrêter s’ils le souhaitaient.
Ogyen, l’étudiant abattu le 26 janvier, était un camarade de classe de Tarpa, et avait cherché à empêcher son arrestation, selon des sources tibétaines en exil

Sources : AFP, International Campaign for Tibet, Free Tibet 20 avril 2012.

Voir l’article et la carte récapitulative des immolations.

Vous avez apprécié cet article ? Faites-le suivre à vos amis !

Share |

[1] Dzamthang (Zamtang sur cette carte) est situé dans l’ancien Amdo tibétain, à la limite du Kham. Cette région est aujourd’hui incorporée à la "Préfecture Autonome Tibétaine et Qian de Ngaba", dans la province chinoise du Sichuan.

[2] Voir l’article et la carte récapitulative des immolations

[3] Voir l’article "Après l’immolation de Nangdrol, le 19 février, des centaines de Tibétains se rassemblent", du 20/02/2012.


<:accueil_site:> | <:info_contact:> | <:plan_site:> | [(|?{'',' '}) | <:icone_statistiques_visites:>
<:info_visites:>

<:icone_suivi_activite:> fr  <:icone_suivi_activite:>   <:icone_suivi_activite:>    ?    |    <:ecrire:titre_sites_syndiques:> OPML   ?

<:site_realise_avec_spip:> 2.1.13 + AHUNTSIC