Tashi Rabten s’est immolé par le feu à Machu, province du Gansu, le 8 décembre 2016

jeudi 5 janvier 2017 par Rédaction , Monique Dorizon

Tashi Rabten s’est immolé par le feu le 8 décembre 2016 vers 17h, heure locale, dans la province du Gansu, Amdo tibétain. Il s’agit d’un mari et père de 3 enfants.

Cet homme de 33 ans, ancien moine, s’est immolé sur une route importante allant du centre du Comté de Machu [1] au pont de Machu. Des témoins ont rapporté qu’ils avaient entendu Tashi Rabten appeler à la liberté et au retour du Dalaï Lama au Tibet. Il a aussi prié pour le Dalaï Lama et demandé la libération du Panchen Lama, Gendun Choekyi Nyima.

La police est arrivée et a emmené les restes de l’immolé sans personnel médical ni équipement. Confirmation du décès a été donnée depuis.

Très rapidement après l’immolation de Tashi Rabten, la police et les forces de sécurité sont venues chez lui dans le village de Terchu, municipalité de Mema, Comté de Machu pour questionner la famille. Elles ont demandé que la famille affirme que l’immolation n’avait pas de lien avec les politiques du gouvernement chinois et qu’elle avait eu lieu à cause de problèmes à la maison.
La femme de Tashi Rabten et leur fille de 15 ans ont alors été emmenées par la police. D’autres personnes proches ont aussi été détenues lorsqu’elles ont contacté les autorités au sujet de la restitution du corps.

La famille de Tashi Rabten est maintenant surveillée chez elle par la police, et la police armée chinoise patrouille dans le village de Terchu dans une atmosphère de "haute sécurité".

Avant son immolation, le même jour, Tashi Rabten a laissé une lettre en détaillant les raisons de son geste :

"Je suis Tibétain, donc je ne suis pas Chinois. En tant que Tibétain avec un passeport chinois, je veux en appeler aux Droits de la Personne et à la démocratie pour 1,3 milliard de personnes. Cependant, en tant que Tibétain authentique, je devrais crier encore plus pour notre territoire et la liberté ! Aujourd’hui, je vais quitter ce monde. Mais je crois que je me rapproche de notre croyance tibétaine. Nous sommes destinés à utiliser cette approche pour récupérer et obtenir notre patrie déjà perdue et en train de disparaître. Nous sommes amenés à utiliser l’auto-immolation pour rappeler notre foi tibétaine et notre terre isolée.
Nous sommes prêts à suivre Sa Sainteté (le Dalaï Lama). Nous ne choisissons que des moyens pacifiques pour résoudre notre problème avec le gouvernement chinois. Nous, les Tibétains, ne voulons pas que le massacre et la guerre d’invasion inhumains faits par l’Armée populaire de libération chinoise en 1958 se reproduisent. Nous ne voulons pas être appelés "émeutiers" (battre, briser, et voler) comme en 2008.
A part les Chinois en Chine, presque personne dans le monde ne croit que nos Tibétains ont créé une "émeute", parce que la plupart des Chinois de Chine subissent un lavage de cerveau. Depuis la création de la République Populaire de Chine, ils l’ont toujours connu, en chantant les "chansons rouges" du Parti communiste chinois, imaginant que le grand chef progresse, construisant les "Quatre Modernités".
En cette période de 2008, qui étaient vraiment les émeutiers ? C’étaient la police armée et l’armée chinoise envoyées par le gouvernement chinois qui lançaient réellement une campagne de "battre, écraser, voler, tuer".
Dans le passé, les Chinois ont juré de suivre la politique japonaise des "Trois Alls" (une mesure de contrôle coloniale).
Cela pourrait être pure conjecture, ou aurait pu effectivement avoir lieu. Je ne sais pas si c’est vrai ou pas. En fait, en tant que Tibétain, je n’ai pas de haine envers les Japonais. J’aime le Japonais et le respecte. Cependant, l’armée chinoise a vraiment exécuté une politique comme celle-là dans la région tibétaine, en particulier dans les monastères tibétains.
Ils nous battaient sans pitié, nous les Tibétains, battant nos grands moines, brisant nos statues bouddhistes dans les monastères, et volant les artefacts dans les monastères. Ils ont assassiné des religieuses, des moines et de jeunes étudiants avec des fusils. Ils ont également assassiné de nombreux pèlerins à Lhassa avec des fusils. La politique visant à brûler les monastères de 1958 a été remplacée par des chars et des bulldozers. Aujourd’hui, dans de nombreux endroits de notre région tibétaine, de nombreux monastères et résidences de moines ont été réduits à des ruines par des chars et des bulldozers de la police armée chinoise et de l’armée chinoise.
Voilà, mes paroles vous sont envoyées. Ne croyez pas que je plaisante. Je suis sérieux. Je veux que les gens comprennent que nous les Tibétains n’avons pas peur de la mort. Pourtant, pour la résolution pacifique, je ne peux qu’utiliser l’auto immolation pour avertir les gens. Nous les Tibétains devons être protégés et pris en considération. Nous devons être sur notre propre terre, vivre comme de vraies personnes.
Vive les Tibétains. Vive Sa Sainteté le Dalaï Lama !
08/12/2016, à Machu, par l’Oiseau de feu
"

Tashi Rabten est le cousin de Tsering Kyi, 20 ans, qui s’est immolée en mars 2012 au même endroit.
Il est originaire du village de Dragtho Ruchen Teushe, municipalité de Trokho, Comté de Machu. Ses parents se nomment Tenbey et Dolkar Kyi.

Sources : Phayul, 8 décembre 2016, Radio Free Asia, 8 décembre 2016 Radio Free Asia, 9 décembre 2016 Tibetan Review, 10 décembre 2016, Tibetan Review, 13 décembre 2016, The Tibet Post, 8 décembre 2016, The Tibet Post, 9 décembre 2016, The Tibet Post, 10 décembre 2016, TCHRD, 9 décembre 2016.

Voir l’article et la carte récapitulative des immolations.

Note de Tibet-info : mille excuses pour cette publication tardive.

Vous avez apprécié cet article ? Faites-le suivre à vos amis intéressés par ce sujet !

Abonnez-vous à la Lettre d’informations de Tibet-info, ou retrouvez Tibet-info sur Facebook , Twitter ou par fil RSS.

[1] Machu (རྨ་ཆུ་ en tibétain, Maqu ou 玛曲县 en chinois) est un district administratif de la Préfecture de Kanlho (Gannan ou 甘南藏族自治州 en chinois), dans la région tibétaine de l’Amdo, actuellement province chinoise du Gansu, qui peut être localisé sur cette carte.


<:accueil_site:> | <:info_contact:> | <:plan_site:> | [(|?{'',' '}) | <:icone_statistiques_visites:>
<:info_visites:>

<:icone_suivi_activite:> fr  <:icone_suivi_activite:>   <:icone_suivi_activite:>    ?    |    <:ecrire:titre_sites_syndiques:> OPML   ?

<:site_realise_avec_spip:> 2.1.13 + AHUNTSIC