Trois nouvelles immolations à Serthar

dimanche 5 février 2012 par Rédaction , Monique Dorizon

Selon des témoignages en provenance du Tibet, trois Tibétains se sont immolés par le feu, le 3 février 2012, dans la ville assiégée de Serthar [1], au Tibet oriental.
Un Tibétain en exil, ayant des contacts dans cette région, dit que deux Tibétains ont survécu, mais on craint la mort du troisième.
"Les trois Tibétains ont appelé à l’unité du peuple tibétain et ont protesté contre le gouvernement chinois", rapporte le Tibétain, voulant rester anonyme.
Les deux hommes qui auraient survécu ont été identifiés comme Tsering, âgé d’une soixantaine d’années et Kyari, 30 ans environ. Le troisième tibétain décédé n’est pas identifié.

Serthar est sous une loi martiale officieuse avec un verrouillage militaire lourd depuis les protestations de masse du 24 janvier [2]. Avant ces manifestations de masse, les Tibétains dans les villages ruraux de Serthar avaient manifesté les 18 et 22 janvier, et une plus grande manifestation a également été signalée le 23 janvier dans la ville de Serthar, lors de laquelle une banderole portant l’inscription "Nous protestons contre l’échec des politiques chinoises au Tibet" a été déployée.

La même source dit à Phayul que, au cours des manifestations du 18 janvier, un grand nombre de rouleaux de prière ("lungta" ou "chevaux de vent") comportant le drapeau national tibétain et des slogans appelant à la longue vie du Dalaï Lama et "Victoire au Tibet" imprimés au verso ont été répandus dans la région.

Suite aux manifestations, toute la région a été coupée du monde extérieur, sans connexions téléphoniques ou Internet. Les routes menant à la région restent bloquées, comme l’indique un reportage de CNN dans lequel ses journalistes ont été arrêtés et renvoyés alors qu’ils essayaient de pénétrer dans la région.

Sur les photos des manifestations du 24 janvier à Serthar reçues le 3 février par Phayul [3], le personnel militaire chinois est vu en train de battre violemment et de traîner les Tibétains sur la route.

La semaine dernière, Amnesty International, dans un communiqué [4], a appelé la Chine à éviter d’utiliser une force excessive en réponse aux manifestations tibétaines et a exprimé la crainte de "la violence et (de) l’effusion de sang" au Tibet.

Source : Phayul, 4 février 2012.

Voir l’article et la carte récapitulative des immolations.

Vous avez apprécié cet article ? Faites-le suivre à vos amis !

Share |

[1] Serthar peut être localisé sur cette carte .

[2] Voir l’article "Isolement total à Drango et Sertha après la mort de manifestants tibétains", du 29/01/2012.

[3] Voir l’article de Phayul avec quelques unes des photos.

[4] Voir le communiqué "Chine. Il faut s’attaquer aux causes des immolations au Tibet".


<:accueil_site:> | <:info_contact:> | <:plan_site:> | [(|?{'',' '}) | <:icone_statistiques_visites:>
<:info_visites:>

<:icone_suivi_activite:> fr  <:icone_suivi_activite:>   <:icone_suivi_activite:>    ?    |    <:ecrire:titre_sites_syndiques:> OPML   ?

<:site_realise_avec_spip:> 2.1.13 + AHUNTSIC