Constructifs et rassemblés

samedi 22 décembre 2012 par Rédaction , Jean-Paul Ribes

Dans son intervention du 10 décembre [1], à l’occasion du 23ème anniversaire de la remise du Prix Nobel de la Paix au Dalaï Lama [2], le Dr. Lobsang Sangay, démocratiquement élu par ses concitoyens en mesure de voter [3] à la tête de l’Administration Centrale Tibétaine (CTA) a exprimé aussi ses souhaits pour l’année à venir.

Après avoir passé en revue les prises de position récentes de plusieurs instances nationales et internationales [4], il précise :
"Il nous faut bâtir sur le succès obtenu par le lobbying de 2012 et lancer une Campagne de Solidarité avec le Tibet pour l’année 2013. J’appelle toutes les associations pour le Tibet, tous les groupes de soutien au Tibet, toutes les ONG internationales, les croyants de toute religion et les amis de la justice afin que, tous, ils poursuivent leurs actions de lobbying auprès des gouvernements et des parlements en faveur du Tibet et du peuple tibétain".
Pour ce qui est de notre pays les conditions semblent réunies pour la réalisation d’un tel objectif.
L’excellente nouvelle que représente l’annonce de la reconstitution du groupe d’étude à l’Assemblée nationale, sous la coprésidence de Noël Mamère [5], un ami de longue date du peuple tibétain, et Jean Patrick Gille [6], actif au sein du précédent groupe, constitue une bonne occasion de reprendre contact avec nos députés pour les inciter à adhérer au groupe.

Une demande ne suffit pas, il faut d’abord l’argumenter par des informations récentes sur la situation dramatique du Tibet, sur le sens des immolations - le mot grec est holocauste - [7], (95 à ce jour [8]) et donner un objectif clair à l’action du groupe.

Mais à terme qui est mieux placé pour le faire que le premier Tibétain laïc élu au suffrage universel, à qui, fait exceptionnel dans l’histoire du Tibet, le Dalaï Lama a confié la totalité de ses pouvoirs politiques ?
Ce fait historique sans précédent n’a sans doute pas assez été mis en valeur par et auprès des défenseurs du Tibet. Mais les Tibétains de l’intérieur ne s’y trompent pas, qui font désormais figurer la photo et le nom de Lobsang Sangay lors de leurs manifestations durement réprimées pour la liberté de leur pays.
C’est pourquoi nous avons entamé une campagne pour son audition en 2013, en France, devant la commission des Affaires Etrangères [9].

Le président de l’Assemblée nationale nous a fait savoir qu’il avait transmis notre demande à Madame Elizabeth Guigou, présidente de la commission. Plus les interventions seront nombreuses, plus cette demande à des chances de réussir.
De surcroît, cette démarche correspond à notre préoccupation constante : donner la parole aux Tibétains eux-mêmes pour exprimer la nature et les objectifs de leur combat.

La même demande s’adresse également aux sénateurs, qui viennent de préciser dans une résolution [10], l’intérêt qu’ils portaient à la question tibétaine. L’action du Groupe d’information sur le Tibet, présidé par Jean-François Humbert ne se dément donc pas. Elle s’est trouvée renforcée par l’arrivée dans cette assemblée de nouveaux élus, comme André Gattolin (EELV) et l’adhésion de sénateurs, une sénatrice en l’occurrence, Sophie Primas (UMP) rencontrée lors d’action sur le terrain au printemps 2012.

Enfin il reste à renforcer notre action auprès de nos parlementaires européens, comme Dany Cohn Bendit, déjà acquis à la cause tibétaine, pour obtenir une audition de même type au sein de leur assemblée.
Quel programme !

Bien sûr les actions engagées, concrètes ou symboliques, rassemblements, parrainages, pétitions, doivent être poursuivis avec détermination. Mais il semble nécessaire que les associations concentrent leurs forces sur des objectifs clairs, mobilisateurs, politiquement significatifs.
Notre mouvement associatif a connu des hauts et des bas. Au moment où tant de Tibétains font le sacrifice de leur vie, il doit se rassembler et renouveler son énergie auprès de groupes qui savent donner la parole à une nouvelle génération tibétaine,
La fermeture mentale et la violence des dirigeants chinois, aussi grandes soient-elles, ne sont pas éternelles. Des voix existent en Chine, comme celles de Liu Xiaobo ou de Hu Jia , multipliées aujourd’hui par des centaines de blogueurs démocrates.
Je forme le vœu que 2013 soit une année constructive et solidaire.

Jean-Paul Ribes

Vous avez apprécié cet article ? Faites-le suivre à vos amis intéressés par ce sujet !

Abonnez-vous à la Lettre d’informations de Tibet-info, ou retrouvez Tibet-info sur Facebook , Twitter ou par fil RSS.

[1] Voir l’article "Déclaration du Sikyong, Dr Lobsang Sangay, à l’occasion du 23ème anniversaire de l’attribution du Prix Nobel de la Paix à Sa Sainteté le Dalaï Lama", du 10/12/2012.

[2] Voir l’article "Discours d’Oslo 1989 de SS le Dalaï Lama"

[3] Voir les articles :
- "Le Dalaï Lama demande au parlement tibétain en exil d’accepter sa démission", du 16/03/2011 ;
- "Le Parlement tibétain en exil accepte le retrait politique du Dalaï Lama", du 27/03/2011 ;
- "Résultats des élections du Premier Ministre et du Parlement tibétain en exil", du 27/04/2012.

[4] Prises de position récentes :
- Le Haut Commissaire des Nations Unies pour les Droits de l’Homme, Navi Pillay, a récemment lancé un appel sans précédent aux dirigeants chinois leur demandant urgemment de répondre aux doléances du peuple tibétain.
"Ce n’est pas par l’imposition de mesures sévères de sécurité ni par la suppression des droits que l’on parviendra à une stabilité sociale au Tibet" a-t-elle déclaré le 2 novembre 2012. Mme Pillay a instamment prié le gouvernement chinois de "sérieusement prendre en considération les recommandations émises par différentes organisations internationales pour les Droits de l’Homme et d’avoir recours à l’avis éclairé que peuvent leur donner les experts indépendants des Nations Unies dans le domaine des Droits de l’Homme."
- Nous saluons aussi les récents commentaires faits par Gary Locke, ambassadeur américain en Chine, qui s’est rendu en visite dans les régions tibétaines à la fin du mois de septembre 2012 et a imploré "les Chinois de rencontrer les représentants du peuple tibétain afin de discuter et de revoir certaines de leurs politiques qui ont entraîné des mesures de restrictions, de la violence et les immolations."
- Le 21 novembre, le Commissaire allemand aux Droits de l’Homme a pressé le gouvernement à réformer sa politique au Tibet et a demandé à ce que des observateurs internationaux soient autorisés à visiter les régions tibétaines.
- Le 27 novembre, le Sénat français a adopté une résolution (Voir Note 10 ci-dessous) demandant à l’Union européenne d’accorder la priorité à la question du Tibet dans le cadre du mandat de son nouveau Représentant spécial pour les Droits de l’Homme.

[5] Noël Mamère
Le plus connu du grand public et aussi le plus âgé (il fêtera ses 64 ans le 25 décembre), Noël Mamère, inscrit au groupe Europe Ecologie - Les Verts, appartient à la Commission des Affaires étrangères et est le président du groupe d’amitié avec le Nigéria Cet ancien journaliste représente la Gironde depuis 1994 sans interruption. Après trois ans comme député européen, il a laissé le PE pour l’Assemblée nationale où il en est à son quatrième mandat, tout en étant dans le même temps maire de la ville de Bègles dans l’agglomération bordelaise.

[6] Jean-Patrick Gille
Inscrit au groupe SRC (Socialiste-Républicain-Citoyen) Jean-Patrick Gille est un jeune député élu de Touraine, membre de la Commission des Affaires sociales dont il vient de devenir vice-président. Originaire du département de la Sarthe, cet homme de 50 ans a commencé comme chargé de mission au service d’une collectivité régionale. Il a été élu la première fois en 2007 député de la 1ère circonscription d’Indre-et-Loire ; il est conseiller municipal de Tours et secrétaire national du Parti Socialiste à la famille.
Il commence son militantisme par un engagement écologiste au sein des Amis de la Terre en 1981. Il adhère au PS après la défaite de 1986 dans une fédération d’Indre-et-Loire marquée par un ancrage poperéniste et de lourdes divisions internes. Il se revendique dès lors comme un proche du courant jospiniste.
Il rejoint ensuite le syndicalisme étudiant en prenant sa carte à l’AGE de Tours de l’UNEF-ID. C’est l’occasion pour lui de participer aux manifestations de novembre de la même année contre la réforme Devaquet portant sur l’enseignement supérieur. Il s’investit ensuite plus spécifiquement au sein du PS pour devenir en 1993 premier secrétaire de la fédération d’Indre-et-Loire (poste qu’il occupera jusqu’en novembre 2012).
Après le congrès de Reims, durant lequel il soutient la motion E portée par Ségolène Royal, il est réélu premier secrétaire de la fédération d’Indre-et-Loire du Parti Socialiste. Minoritaire dans les mois qui suivent les votes internes, il rejoint avec son courant en février 2009 la majorité du PS. Il devient d’ailleurs à l’occasion Secrétaire national à la Famille, et intègre la direction nationale du parti.
(Merci à Jean Verneuil pour ces éléments biographiques !)

[7] L’holocauste (grec : ὁλόκαυστος holokaustos, holos : tout, kaustos : brulé) est une méthode de sacrifice religieux où l’offrande est entièrement passée par le feu.

[8] Voir l’article et la carte récapitulative des immolations.

[9] Voir les articles :
- "Les associations pro-tibétaines appellent les Parlementaires à réagir", du 04/11/2012 ;
- "La campagne initiée auprès des Parlementaires se poursuit", du 16/11/2012.

[10] Voir l’article "Résolution du Sénat sur la protection des droits des Tibétains", du 01/12/2012.


<:accueil_site:> | <:info_contact:> | <:plan_site:> | [(|?{'',' '}) | <:icone_statistiques_visites:>
<:info_visites:>

<:icone_suivi_activite:> fr  <:icone_suivi_activite:>   <:icone_suivi_activite:>    ?    |    <:ecrire:titre_sites_syndiques:> OPML   ?

<:site_realise_avec_spip:> 2.1.13 + AHUNTSIC