La dynamique féminine dans la lutte tibétaine

jeudi 8 mars 2012 par Monique Dorizon , Rédaction

Les femmes tibétaines sont à la pointe de la longue résistance contre la domination chinoise ; cinq femmes s’étant immolées lors des cinq derniers mois pour protester contre la répression de Pékin sur les monastères et les politiques restreignant les droits culturels tibétains.
On s’attend à ce que les protestations des femmes tibétaines, et surtout des nonnes tibétaines, dont la tradition est de tenir tête à l’oppression remonte à un demi-siècle, aient un écho auprès de la population et mettent en lumière la situation tibétaine.

"Au cours des 25 dernières années, les femmes ont joué un rôle important dans de nouvelles formes de protestation qui se sont développées au Tibet, en particulier les manifestations de rue", a déclaré Robbie Barnett, spécialiste du Tibet à l’Université de Columbia [1].

Les nonnes tibétaines, dont trois font partie des cinq femmes auto-immolées, ont établi leur tradition de résistance en 1959, quand elles ont mené des manifestations non violentes avec d’autres moines et leurs homologues masculins dirigeant une révolte sanglante contre la domination chinoise.

"Au Tibet, entre 1987 et 1996, période de manifestations importantes dans la région, les femmes représentaient environ un tiers des manifestants tibétains contre l’autorité chinoise", a déclaré Robbie Barnett.
"Les protestations des femmes n’ont jamais dégénéré (dans la violence). Elles sont davantage à l’origine de la création de l’idée que les Tibétains se sont engagés dans la non-violence", a-t-il dit, exprimant sa faible surprise de voir les femmes tibétaines présentes parmi les 26 auto-immolations qui ont débuté en février 2009 pour protester contre la domination chinoise [2].

Les dernières femmes tibétaines qui se sont auto-immolées et sont décédées dans les provinces du Sichuan et du Gansu (ancien Amdo tibétain) s’appelaient Rinchen, veuve âgée de 34 ans et mère de quatre enfants [3], et Tsering Kyi, jeune fille collégienne [4].
Elles ont été les deux premières laïques à s’immoler, rejoignant ainsi les trois religieuses qui s’immolèrent en octobre de l’année dernière pour la mise en lumière du sort du Tibet : Tenzin Wangmo, 20 ans, était la première religieuse s’étant immolée, à l’extérieur du couvent Dechen Chokorling, dans la "Préfecture Autonome Tibétaine de Ngaba", tout en criant des slogans appelant au retour du Dalaï Lama et à la fin de la domination chinoise au Tibet [5]. Les autres religieuses étaient Palden Choetso, âgée de 35 ans, du couvent de Darkar Choeling, Préfecture de Kardze, qui s’est immolée par le feu lors d’une séance de prière publique [6], et Tenzin Choedron, âgée de 18 ans, du couvent Mamo à Ngaba [7].

Cette tradition de protestation a également inspiré les femmes tibétaines à l’étranger dans leur militantisme pour la cause tibétaine.
"Les femmes tibétaines ont choisi de s’immoler par le feu dans une tentative de rejet du pouvoir et de l’oppression", a déclaré Stephanie Brigden, Directrice de l’organisation Free Tibet basée à Londres.
Elle a déclaré que les immolations faites par des moines tibétains, des nonnes et des laïcs désespérés représentent "une tendance extrêmement inquiétante et absolument sans précédent qui, nous l’espérons, cessera".
"Les femmes tibétaines ont toujours été historiquement à la pointe de ce mouvement (de résistance), et [le sont encore] aujourd’hui, avec de nombreuses dirigeantes stratégiques et courageuses en exil", a déclaré Kunsang Kelden, une femme tibétaine vivant à New York.
Elle a cité la militante tibétaine Lhadon Tethong, Directrice du "Tibetan Action Institute" et Woeser, écrivaine basée à Pékin, parmi les différents modes d’action des femmes tibétaines.

"Ces femmes m’ont inspiré depuis que je suis étudiante. Elles m’ont appris que les possibilités peuvent être infinies et que les femmes sont incroyablement fortes et créatives", a déclaré Kelsang, qui a grandi aux États-Unis et participe au site Internet "Lhakar Diaries", blog sur l’identité tibétaine [8].

L’association "Tibetan Women’s Association" (Association des Femmes Tibétaines), dont le siège est à Dharamsala, a organisé une veillée aux chandelles pour pleurer et exprimer sa solidarité avec ces femmes, et a appelé à soutenir "la résistance croissante des femmes au Tibet contre l’oppression chinoise".

Selon les experts, les troubles des années 1950 ont correspondu à une période cruciale pour l’organisation de la participation politique des femmes tibétaines.
La "Tibetan Women’s Association" considère l’année 1959 comme un tournant pour la participation politique des femmes dans la résistance tibétaine contre la domination chinoise.
Cette année-là, au milieu d’une révolte des Tibétains contre la domination chinoise à Lhassa, les femmes ont organisé une manifestation pacifique.
Le 12 Mars 1959, deux jours après le début du soulèvement tibétain, des milliers de femmes se sont rassemblées devant le palais du Potala, la résidence du Dalaï Lama, à Lhassa. Organisé par le "Front patriotique des femmes de Lhassa", les femmes ont mené des manifestations qui se sont prolongées pendant des semaines.
Par la suite, la plupart des femmes impliquées ont été emprisonnées, y compris la chef de file des manifestations, Pamo Kusang. Certaines d’entre elles ont été torturées, sont mortes en prison, ou ont été exécutées.
Après la fuite du Dalaï Lama en Inde et l’établissement d’un gouvernement en exil à Dharamsala, la "Tibetan Women’s Association" a été mise en place pour maintenir le dynamisme de la lutte des femmes dans la défense des droits du Tibet.

Robbie Barnett a déclaré que, bien que les manifestations des femmes n’aient pas été d’aussi grande ampleur que celles de leurs homologues masculins, elles ont été efficaces dans la transmission des informations à la base.
"Parfois, les groupes n’étaient probablement que de cinq personnes, parfois deux, parfois 10. Elles ont toujours agi dans des lieux symboliques, comme un temple. Elles n’ont jamais menacé la sécurité publique ou la circulation ... Elles voulaient essentiellement effectuer une action symbolique".
Les manifestations organisées spécifiquement par les femmes, dit-il, ont toujours été plus réfléchies, prudentes, axées sur l’envoi d’un message de non-violence, et "plus attentives à la symbolique d’une protestation".
Il a souligné que les protestations de masse au Tibet depuis 2008, lorsque des manifestations, à Lhassa à la date anniversaire du soulèvement de 1959, ont déclenché une série d’émeutes et d’affrontements violents, étaient très différentes de celles organisées par des femmes.
"En 2008 nous avons vu des manifestations massives qui ont été initiées par des hommes. Elles étaient toutes des manifestations de rue massives, avec un grand nombre de personnes, comme une réaction spontanée rapide à un événement politique. Donc, elles ne sont pas basées sur le symbolisme, et sont l’expression immédiate d’une émotion ou d’une anxiété politique", a déclaré Robbie Barnett.
"Il est possible que la société tibétaine ait reconsidéré son attitude à l’égard des nonnes à la suite de leur rôle dans les manifestations".

Source : Radio Free Asia, 5 mars 2012.

Vous avez apprécié cet article ? Faites-le suivre à vos amis !

Share |

[1] Le Dr Robbie Barnett a écrit et publié de nombreux livres sur le Tibet moderne, incluant "Poisoned Arrow : The Secret Petition of the 10th Panchen Lama", "Leaders in Tibet : A Directory", "Cutting Off the Serpent’s Head : Tightening Control in Tibet 1994-1995", "Resistance and Reform in Tibet" (Indiana University Press, 1994), ou avec Steve Lehman et traduit en français "Les Tibétains en lutte pour leur survie" (Ed. Hoëbeke, sept. 1999).
Son dernier livre, "Lhasa : Streets with Memories" (Columbia University Press, 2006), analyse la géographie locale de la capitale du Tibet en tant que mémoire collective.
De 1987 à 1998, le Dr Barnett était le directeur du Tibet Information Network, un réseau de recherches et d’information indépendant sur le Tibet, basé à Londres. Il a également travaillé comme journaliste au South China Morning Post à Hong Kong, à la BBC, à l’Observer (Londres), The Independant (Londres) ...
Photo Columbia University

[2] Voir l’article et la carte récapitulative des immolations

[3] Voir l’article "Rinchen s’immole par le feu le 4 mars 2012", du 05/03/2012

[4] Voir l’article "Tsering Kyi s’immole par le feu le 3 mars 2012", du 05/03/2012.

[5] Voir l’article "9ème immolation, d’une nonne, à Ngaba", du 18/10/2011.

[6] Voir l’article "Une nonne tibétaine meurt après s’être immolée par le feu en Chine", du 03/11/2011.

[7] Voir l’article "Une jeune nonne tente de s’immoler à Ngaba le 11 février 2012", du 12/02/2012.

[8] Voir l’article "LHAKAR - La révolution non-violente est en marche"


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques
visites : 285741

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Informations   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.13 + AHUNTSIC