La police des frontières ouvre de nouveau le feu sur des Tibétains au col de Nangpa La

vendredi 26 octobre 2007 par Monique Dorizon

Le 18 octobre 2007, vers 11h30, un groupe de 39 Tibétains qui fuyaient au Népal en passant par le col de Nangpa La et le Solukhumbu a subi trois séries de tirs de la part de la Police Populaire Armée (PAP).
A l’origine, le groupe était formé de 46 personnes, la plupart originaires du Kham et de l’Amdo. Un guide était avec eux. Ils sont partis de Lhassa le 12 octobre. Au moins 7 personnes, dont une mère et son enfant, ne pouvaient suivre l’allure et furent laissées derrière. Les 39 personnes restantes atteignirent le bas du col de Nangpa La le matin du 18 octobre.
Elles progressaient, se rapprochant de la frontière quand cinq soldats les repérèrent et les poursuivirent. Deux soldats ont tiré trois salves de balles alors que trois autres soldats les poursuivaient. Les soldats arrêtèrent de tirer. Trois moines qui étaient au bout de la file, ne purent pas courir et furent arrêtés. Les soldats ont continué à poursuivre le groupe jusqu’à la borne de la frontière avec le Népal, ne pouvant empêcher les 36 Tibétains, y compris le guide, de passer en territoire népalais.
Il semblerait que personne n’ait été blessé.
Les trois personnes arrêtées se nomment :
- Ngawang Tsultrim (21 ans de Labrang, Comté de Sangchu, Préfecture Autonome de Kanlho)
- Lobsang Thaye (33 ans, moine du monastère de Rebkong, Préfecture Autonome de Malho)
- Tenzin Dorjee, 21 ans de Bawa, Comté de Lithang, Préfecture Autonome de Kardze).
Le groupe a continué son voyage. Il leur a fallu 13 jours pour parvenir à Katmandou, au Centre d’Accueil Tibétain. Parmi eux se trouvent trois enfants dont le plus jeune a 11 ans.
La situation des trois personnes arrêtées et des autres laissées à l’arrière, est actuellement inconnue.
Après ce qui s’est passé en septembre de l’an dernier, un épisode semblable lors duquel fut tuée Kelsang Namtso, 17 ans, les autorités chinoises ont renforcé les mesures de sécurité à la frontière népalaise afin d’arrêter ceux qui fuient le Tibet. Le Bureau de la Sécurité Publique (PSB) de la Région Autonome du Tibet a organisé une réunion en décembre 2006 appelant au strict contrôle et à la vigilance vis-à-vis des "fuyards individuels" (ch. Toudu) et a appelé à l’instauration d’une campagne "Frapper fort" de six mois, débutant en janvier 2007.
L’agence officielle Xinhua (Chine nouvelle), en date du 4 juin 2007, rapporte qu’une vidéo conférence a été organisée le 5 mai 2007 à Lhassa par le PSB de la Région Autonome du Tibet entre PSB de différentes Préfectures afin de faire le point sur les résultats de cette campagne. Les officiers des départements ayant sévi avec succès furent récompensés par des éloges, rapporte l’agence.

Sources : TCHRD et Phayul 26 octobre 2007


<:accueil_site:> | <:info_contact:> | <:plan_site:> | [(|?{'',' '}) | <:icone_statistiques_visites:>
<:info_visites:>

<:icone_suivi_activite:> fr  <:icone_suivi_activite:>   <:icone_suivi_activite:>    ?    |    <:ecrire:titre_sites_syndiques:> OPML   ?

<:site_realise_avec_spip:> 2.1.13 + AHUNTSIC